Como nunca he tenido máquina de fotos, confieso que casi ninguna de las fotos de este blog es mía, todas las he sacado de la güé.



domingo, 28 de febrero de 2016

Jean-Paul Sartre, La nausée

Sartre, Jean-Paul, La nausée (Gallimard, s.l. : 2015)
Una novela existencialista (1938), es decir, la expresión del existencialismo no en formato filosófico sino narrativo. Y soy consciente de no haber dicho nada de momento. Pero tampoco parece una novela filosófica ni siquiera del tipo de alguna de Unamuno o Pío Baroja. Comentaré:
  • El recurso al manuscrito encontrado, que se remonta a las novelas de caballerías, pasa por el Quijote y llega, por ejemplo, a La familia de Pascual DuarteCes cahiers int été trouvés parmi les papiers d'Antoine Roquentin. Nous les publions sans y rien changer (11).
  • Está compuesta en forma de diario y en primera persona. Ya al inicio, en el asiento dedicado al 25 de enero de 1932, se anuncia la llegada de algo que luego será la náusea: Quelque chose m'est arrivé, je ne peux plus en douter. C'est venu à la façon d'une maladie, pas comme une certitude ordinaire, pas comme une evidence. Ça s'est installé sournoisement, peu à peu; je me suis senti un peu bizarre, un peu gêné, voilà tout (17). De hecho, el narrador dice escribir pour tirer au clair certaines circonstances (87).
  • El hilo argumental será nimio: Antoine Roquentin vive en Bouville dedicado a investigar la vida de un personaje histórico del lugar, el marqués de Rollebon, pero pronto se desinteresará por la tarea. Aparte de los personajes de bares y restaurantes, sólo dos tienen cierto peso en la obra, su antigua amante Anny y el Autodidacta, con el que comparte horas de biblioteca y a veces, come y conversa con él en el restaurante .
  • La idea rectora de la narración es la invasión de esa náusea. El narrador dice haber estado en Indochina: Je ne parvenais pas a comprendre porquoi j'étais en Indochine. Qu'est-ce que je faisais là ? [...]  Ma passion était morte. Elle m'avait submergé et roulé pendant des années ; à présent, je me sentais vide (19). Poco después, la náusea explícita: je me rappelle mieux ce que j'ai senti, l'autre jour [...]. C'était une espèce d'écoeurement douceâtre, [...] une sorte de nausée dans les mains (26). Y cada vez más: Ça ne va pas ! ca ne va pas du tout : je l'ai, la saleté, la Nausée (36; y nótese que a partir de ese momento lo escribe con mayúscula); Alors la Nausée m'a saisi (37). Y le llega por cualquier camino: Le cousin Adolphe [...] Sa chemise de coton bleu se détache joyeusement sur un mur chocolat. Ça aussi donne la Nausée. Ou plutôt c'est la Nausée. La Nausée n'est pas en moi : je la ressens là-bas sur le mur, sur les bretelles, partout autour de moi (38). Y parece tener un aspecto positivo cuando el narrador escucha música: c'est un petit bonheur de Nausée (40); incluso desaparece tras la música: Le dernier accord s'est anneanti [...] Ce qui vient d'arriver, c'est que la Nausée a disparu (41). Sin embargo, es algo que no sólo le invade a él: Le monde attendait, en retenant son souffle, en se faisant petit . il attendait sa crise, sa Nausée (115); il y a eu d'autres Nausées ; de temps en temps les objets se mettent à vous exister dans la main. Il y a eu la Nausée du Rendez-vous des Cheminots et puis une autre, avant, une nuit que je regardais par la fenêtre (175). Y le provoca reacciones físicas: cuando el Autodidacta, por momentos su antagonista, le dice acerca de los hombres que Au fond, vous les aimez, monsieur, vous les aimez comme moi, su respuesta es: Les hommes. Il faut les aimer les hommes. Les hommes sont admirables. J'ai envie de vomir -et tout d'un coup ça y est : la Nausée (175). Y a propósito del Autodidacta, que provoca un episodio de paidofilia en la biblioteca, reflexiona el narrador oponiéndose a él: c'est à peine de la sensualité, son humble amour pour les jeunes garçons -une forme d'humanisme, plutôt. Mais il fallait bien qu'un jour il se retrouve seul (226).
  • Otro aspecto de esa náusea es el hastío: il n'y a pour moi ni lundi ni dimanche (84); Il me semble que j'ai touché la cime de mon bonheur. A Marseille, à Shangaï, à Meknès, que n'ai je fait pour gagner un sentiment si plein ? Aujourd'hui je n'attends plus rien, je rentre chez moi, à la fin d'un dimanche vide (85); C'est un ennui profond, profond, le coeur profond de l'existence, la matière même dont je suis fait (222). Y la monotonía: les villes ne disposent que d'une seule journée qui revient toute pareille à chaque matin (223).
  • Llega a concluir, y de ahí el existencialismo, que su esencia no es más que su propia existencia; y lo hace girando sobre la frase cartesiana: Je suis, j'existe, je pense donc je suis ; je suis parce que je pense, pourquoi est-ce que je pense ? je ne veux plus penser, je suis parce que je pense que je ne veux pas être, je pense que je... parce que... pouah ! (146). Y vuelve sobre ello poco más tarde: je sais : J'existe -le monde existe- et je sais que le monde existe. C'est tout. Mais ça m'est egal (175). Hasta tener una visión reveladora en un parque público a propósito de un castaño: j'ai eu cette ilumination. [...] Jamais, avant ces derniers jours, je n'avais pressenti ce que voulait dire " exister ". J'étais comme les autres [...]. Je disais comme eux " la mer est verte ; ce point blanc, là-haut, c'est une mouette ", mais je ne sentais pas que ça existait, que la mouette était une " mouette-existante " ; à l'ordinaire l'existance se cache. Elle est là, autour de nous, en nous, elle est nous (181).
  • El narrador llegará, en esa última visión, a comprender y asumir, solidariamente, náusea y existencia: je comprenais la Nausée, je la possédais. [...] L'essentiel c'est la contingence. Je veux dire que, par définition, l'existence n'est pas la nécessité. Éxister, c'est être là, simplement ; les existants apparaissent, se laissent rencontrer, mais on ne peut jamais les déduire (186-187). La conclusión es simbólica: J'étais la racine du marronier (187). Y otra consecuencia aún: C'est de l'existence que j'ai peur (225).
  • En la misma dirección, las relaciones del narrador son muy limitadas: Moi je vis seul, entièrement seul. Je ne parle à personne ; je ne reçois rien, je ne donne rien. L'Autodidacte ne compte pas. Il y a bien Françoise, la patronne du Rendez-vous des Cheminots. Con ella tiene relaciones sexuales: Elle ne dit jamais non [...]. Je ne la paie pas : nous faisons l'amour au pair. Elle y prend plaisir [...] et je me purge ainsi de certaines mélancolies dont je connais trop la cause (21). Incluso sin ningún entusiasmo; recuerda algo parecido a lo que le ocurre a Andrés Hurtado en El árbol de la ciencia con su patrona: j'ai dû la baiser, mais c`´etait bien par politesse. Elle me dégoûte un peu, elle est trop blanche et puis elle sent le nouveau-né (90). Algo parecido le ocurre al reencontrarse con su antigua novia Anny: Que puis-je lui dire ? Est-ce que je connais des raisons de vivre ? Je ne suis pas, comme elle, désespéré, parce que je n'attendais pas grand-chose. Je suis plutôt... étonné devant cette vie qui m'est donnée -donnée pour rien. Je garde la tête baissée, je ne veux pas voir le visage d'Anny en ce moment (214).
  • Diremos que, anecdóticamente, contiene un dilema que se resuelve en el Quijote: il faut choisir : vivre ou raconter (64). Es la alternativa de don Quijote cuando, tras plantearse continuar la novela de caballerías inacabada de Feliciano de Silva, prefiere vivir una novela por su cuenta. 


No hay comentarios:

Publicar un comentario